DCXVIIIXXXIII
(Conseils pratiques)


***

Un nom : l'Urbex
Je ne me revendique d'aucune communauté, mais ce type de loisir porte un nom. L'exploration urbaine (de l'anglais urban exploration) est une activité qui consiste à visiter des lieux abandonnés par l'homme. La philosophie de la discipline induit, en pure théorie, un respect total du lieu. Il est donc indispensable de pouvoir laisser le lieu dans le meilleur état possible, de ne jamais rien facturer, ne jamais rien voler ou encore de ne jamais rien détériorer.
Bien entendu, chacun fait comme il le souhaite et loin de moi l'idée d'imposer quoi que ce soit, mais c'est une vision que je partage.

Toujours est-il que de fait, ce site est affilié au monde de l'Urbex, et peu importe le nom donné à la discipline et si l'on s'y reconnaît ou pas, le plus important ici est l'histoire du lieu et sa préservation.

Par ailleurs, le terme "exploration" qui est utilisé est aussi un peu galvaudé. Il s'agit bien souvent de tourisme hors des sentiers battus plus que de réelles explorations. Pour cela, je vous invite à plutôt vous rendre sur la page de 442 explorations.

L'exploration, c'est surtout : De la recherche pendant des heures sur Internet, de la route à n'en plus finir, beaucoup d'adrénaline et l'aliénation des relations sociales qui trouvent que vous passez trop de temps là dessus. C'est aussi vos parents et votre femme / mari qui vont s’inquiéter pour les risques encourus.

Faites donc les choses en âme et conscience.

Risques liés à la pratique de l'exploration
Le risque est triple : physique, humain et surtout juridique ! En tant qu'explorateur, vous n'êtes jamais à l'abri, dans un lieu en ruine de recevoir un élément de la toiture ou du plafond sur la tête ou bien de sentir le sol se dérober sous vous pieds. Le risque est réel, ne le négligez pas.
Second point, l'exploration est la pratique idéale pour faire des rencontres imprévues. Les lieux abandonnés drainent bien souvent une population marginale qui a besoin de passer inaperçue. Ainsi, il n'est pas improbable de croiser des SDF, des squatteurs ou des pilleurs. Personnellement, j'ai rarement rencontré du monde et tout s'est toujours bien passé, mais le risque humain n'est jamais nul, a fortiori lorsque l'on est isolé et dans un lieu qui l'est tout autant.
Enfin, le risque juridique est le risque fondamental puisqu'en pratiquant ce loisir, vous êtes dans l'illégalité, vous pourrez donc répondre de pénétration, avec ou sans infraction, dans une propriété privée ou publique. Vous risquez une remontrance, et dans les cas plus extrêmes, de la garde à vue pouvant aller jusqu'à la plainte et l'amende.
Visiter des lieux abandonnés est donc une pratique interdite et vous ne serez jamais en position de force pour justifier quoi que ce soit si cela tourne mal pour vous.

Rencontres imprévues
Le panel des rencontres peut être large. Le lieu peut être gardé, des riverains ont pu appeler la police en voyant une voiture garée, ou bien encore vous pourrez rencontrer des pilleurs, des squatteurs ou des marginaux. Ma philosophie est de ne jamais fuir si l'on est surpris et de ne jamais jouer à cache cache. Il sera toujours bien vu d'aller voir poliment la personne en expliquant votre venue, et si il s'agit du gardien ou de la police, de montrer vos photos et surtout de partir sur le champ sans tentative de négociation car même en tournant le problème dans tous les sens, vous n'avez pas le droit d'être là.
Donc, dès que vous entendez un bruit suspect, allez vers ce bruit pour l'identifier et évaluez la situation. Ne prenez pas de risque. Si le bâtiment semble squatté, que des gens ont l'air louches ou que vous ne sentez pas la situation, partez.
Le risque zéro n'existe pas.



***

Retour à la page d’accueil